Exploration

Réfractomètre automatique

Cet appareil permet de mesurer les paramètres géométriques de votre oeil et de votre cornée. Il permet d’obtenir des données dites « objectives » de réfraction, qui serviront de base à votre examen de vue (réfraction « subjective »). Il est souvent couplé à un tonomètre à air, qui permet de mesurer la pression à l’intérieur de votre œil. Les appareils les plus récents peuvent également mesurer l’épaisseur de la cornée (« pachymétrie« ).

Fronto-focomètre

Cet équipement permet de mesurer la puissance des lunettes que vous portez.

Unité de réfraction

Une fois les mesures effectuées, il est temps d’examiner votre vue. Pour cela, des verres correcteurs sont placés, via un réfracteur, devant vos yeux, par l’examinateur. La puissance des verres est modifiée selon un protocole précis, tout en vous présentant des lettres de taille différente (appelées « optotypes« ). L’objectif est de définir vos besoins réfractifs, via différents tests (méthode du brouillard, cylinde de Jackson, test rouge-vert, équilibre bi-oculaire) et de mesurer votre acuité visuelle corrigée. C’est grâce à cela que l’ophtalmologiste pourra prescrire une correction adaptée.

Lampe à fente

C’est l’appareil le plus utile de votre ophtalmologiste. C’est grâce à cette lampe que votre médecin pourra examiner votre oeil, aidé, parfois de verres d’examen grossissants, comme pour réaliser le fond d’oeil ou une gonioscopie. La lampe à fente projette un faisceau lumineux dont la taille, l’orientation et la couleur peuvent varier en fonction des investigations cliniques menées par votre médecin.

Verres d’examen

Ces verres sont indispensables à l’analyse de certaines parties de l’oeil, en lampe à fente. Ils peuvent aussi être utiles lors du traitement de la rétine au laser ou pour la réalisation d’une iridotomie périphérique, par exemple.

Il existe deux types de verre en Ophtalmologie:

  • Les verres non contact, qui sont simplement interposés sur le trajet lumineux, entre la lampe à fente et votre oeil. Leur caractéristiques précises varient surtout en fonction du grossissement induit.
  • Les verres contact, qui sont posés sur la surface oculaire après, bien sûr, instillation de collyres anesthésiants.

Topographe cornéen

Le topographe permet de mesurer de manière très précise l’épaisseur et les courbures de la cornée. Il permet de dépister des maladies comme le kératocône et recherche d’éventuelles contre-indications à la réalisation d’une chirurgie réfractive.

Biométrie oculaire

Au cours d’une chirurgie de cataracte, le cristallin opacifié est remplacé par une lentille correctrice, placé à l’intérieur de votre oeil. La biométrie permet de calculer, avant l’intervention, la puissance optique de cette lentille. Ainsi, la lumière prendra la direction la plus précise jusqu’à votre rétine.

Champ visuel – Périmétrie oculaire

La réalisation d’une périmétrie sert à évaluer votre champ de vision. Cet examen permet de diagnostiquer et de suivre l’évolution de pathologies comme le glaucome. Son utilisation permet également un bilan de certaines affection neurologiques, comme c’est le cas après certaines formes d’AVC ou de sclérose en plaques.

OCT – Tomographie à Cohérence Optique

Cet appareil, apparu en 2005 dans les cabinets d’Ophtalmologie, constitue une avancée technologique majeure dans l’exploration de nombreuses pathologies oculaires, au premier desquelles la DMLA, les complications rétiniennes du diabète ou encore le glaucome. L’OCT est un examen d’imagerie réalisé dans le cadre d’une consultation. Il permet d’obtenir des clichés en coupe et d’explorer la rétine comme si elle était vue au microscope, dans toute son épaisseur. Des innovations constantes repoussent son champ d’utilisation, aussi bien pour l’analyse géométrique des régions antérieures de l’oeil (cornée, angle irido-cornéen, iris…) que pour la surveillance post-opératoire de nombreux patients.

Microscope spéculaire

Cet appareil mesure la densité de cellules endothéliales cornéennes et peut analyser leur forme. Cela permet, dans des cas précis, d’évaluer le risque, pour votre cornée, d’une chirurgie de cataracte.

Échographie oculaire

L’échographie a également sa place dans le domaine de l’Ophtalmologie. Ses usages sont nombreux:

Lorsque la rétine n’est pas accessible à l’examen du fond d’oeil (en cas d’hémorragie intra-vitréenne ou de cataracte très dense), elle permet de s’assurer de l’absence de décollement de rétine.
Elle permet de réaliser une biométrie oculaire, lorsque le biomètre « classique » est pris à défaut.
L’échographie est l’un des outils les plus performants pour le diagnostic des tumeurs oculaires.
L’UBM (échographie très haute fréquence) permet d’explorer les structures antérieures de l’oeil, comme l’iris, l’angle irido-cornéen et les corps ciliaires. C’est un outil particulièrement apprécié des glaucomatologues.

Meibographe

Cet appareil permet d’analyser la qualité de vos glandes de Meibomius et de votre film lacrymal, par interférométrie. C’est un outil très utile pour l’exploration des troubles de la surface oculaire, du syndrome sec oculaire et de la blépharite meibomienne.

Pachymètre

Cet appareil permet de mesurer l’épaisseur de votre cornée, en son centre. Nous disposons de plusieurs technologies permettant cette mesure : pachymétrie optique, pachymétrie ultrasonore… La pachymétrie est intégrée aux autoréfractomètres les plus récents, ainsi qu’aux topographes cornéens.

Rétinographe

C’est un équipement qui réalise des photographies de votre rétine, au fond de l’oeil. C’est outil indispensable au diagnostic des maladies rétiniennes. La surveillance d’une rétinopathie diabétique est l’exemple typique de son utilisation quotidienne, puisque la réalisation de clichés réguliers permet de suivre, dans la durée, l’apparition de nouvelles lésions et l’évolution des troubles.

Laser YAG

Le laser YAG permet de découper la capsule à l’arrière de votre implant lorsque cette dernière s’est opacifiée, à la suite d’une chirurgie de cataracte. Il est également utilisé pour réaliser une iridotomie périphérique (trou dans l’iris), essentiellement sur les yeux à risque de glaucome aigü ou présentant un angle irido-cornéen fermable. Son utilisation se fait dans le cadre d’une consultation dédiée, mais ne nécessite ni hospitalisation, ni passage au bloc opératoire. Les procédures sont très courtes et parfaitement indolores.

Laser photocoagulateur à l’Argon

Le laser photocoagulateur permet de « brûler », en un point précis, la structure oculaire visée, afin de la traiter. Il peut servir à rouvrir l’angle entre l’iris et la cornée en faisant un trou dans votre iris, il peut traiter les rétinopathies diabétiques sévères avant qu’elles ne se compliquent, il peut éviter qu’un décollement de rétine ne survienne en traitant une déchirure de la rétine…

Bvd. Abdelmoumen

Casablanca, Maroc

Téléphone

0522259011/0669854854

Horaires d'ouverture

Lun - Ven : 9h- 17h00

Besoin d'aide ?

contact@linaboutaqbout.ma